Le monde change, voici comment vous pouvez suivre le rythme

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

 

 

Il y a deux semaines, j’ai partagé avec vous les raisons pour lesquelles le financement du commerce est une activité que vous ne pouvez pas ignorer. Cette semaine, je vais partager avec vous pourquoi cette activité est en train de changer et ce que vous pouvez faire pour y remédier.

 

Qu’est-ce qui change ?

 

  • L’innovation technologique, les changements de comportement et d’attentes, les changements réglementaires et l’augmentation de la concurrence sur le marché changent fondamentalement l’espace du marché du financement du commerce;

 

  • La numérisation. Lorsqu’il s’agit des entreprises, elles s’appuient de plus en plus sur les canaux électroniques pour interagir avec leurs banques. C’est également le cas pour le financement du commerce. Les entreprises attendent des canaux électroniques qu’ils deviennent de plus en plus sophistiqués, qu’ils fournissent non seulement des services de transaction de base, mais aussi qu’ils leur donnent accès à des services avancés de reporting, de prévision et de simulation pour le financement du commerce, et plus encore qu’ils soient intégrés à différents produits bancaires transactionnels tels que les paiements, les devises, les liquidités et la gestion de la trésorerie;

 

  • Les changements dans le comportement et les attentes des entreprises. Les entreprises deviennent plus sélectives dans l’utilisation des instruments de financement du commerce en raison des frais relativement élevés de ces instruments, ainsi que de la complexité et des délais liés à leur dépendance à l’égard des documents papier;

 

  • L’utilisation des instruments de financement du commerce, les entreprises sont de plus en plus sélectives.En ce qui concerne les changements réglementaires, des réponses comme Bâle III ont conduit à l’assouplissement des exigences de fonds propres pour les actifs de financement du commerce. Cela ouvre la voie à un regain d’intérêt pour le financement du commerce, en particulier dans les régions où la conformité à Bâle III est élevée;

 

  • L’intensification de la concurrence modifie encore le paysage. Les grandes banques mondiales continuent de jouer un rôle important, représentant un quart à un tiers du financement du commerce mondial entre banques et intermédiaires. Cependant, les banques locales et régionales, en particulier dans les marchés émergents, défient ces banques mondiales, en tirant parti de leurs relations locales profondes et de leur compréhension des marchés locaux. Et ces dernièresannées ont montré l’émergence et le succès d’acteurs non bancaires ajoutant encore à la menace pour les banques traditionnelles.

Que doit faire une banque ?

 

Dans un monde du financement du commerce en mutation, l’innovation dans les offres de produits et de canaux, ainsi que l’efficacité et l’échelle dans les produits traditionnels, s’avéreront essentielles pour les banques. L’extension des produits traditionnels de financement du commerce avec un accès en ligne sophistiqué et avec des offres de chaîne d’approvisionnement sera essentielle pour les banques afin de préserver leur position et de continuer à stimuler la croissance.

 

Et, alors que ces nouveaux produits et canaux émergent, le financement traditionnel du commerce devient de plus en plus banalisé, ce qui entraîne une pression croissante sur le besoin d’efficacité dans la livraison. Les banques modernisent donc leurs plateformes de financement du commerce, en optant pour des solutions technologiques éprouvées et une simplification et une automatisation maximales des processus. Les stratégies d’externalisation et de délocalisation sont imminentes, car elles constituent la prochaine étape dans la recherche d’économies de coûts.

 

Le financement du commerce est une activité attrayante pour les banques, et une activité qui ne mérite pas d’être ignorée. Mais, les temps changent et pour que les banques puissent suivre le rythme, elles devront passer à la vitesse supérieure et envisager des stratégies en matière d’innovation de produits et de canaux, ainsi que d’efficacité et d’échelle dans les produits traditionnels.