Évitez ces erreurs de fin d’entreprise

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

 

 

 

Vous ne feriez jamais rien pour provoquer la faillite de votre entreprise… enfin, pas intentionnellement. Découvrez si vous commettez l’une de ces erreurs de suicide d’entreprise.

Est-ce que vous tuez votre propre entreprise ?

 

Il y a beaucoup d’acronymes dans le monde des affaires, certains qui ont vraiment du sens et d’autres qui vous font vous gratter la tête avec étonnement.

Eh bien, il est temps d’en ajouter un autre.

 

Ce nouvel acronyme est “S.A.D.”. Cet acronyme peut vous aider à déterminer si vous ou votre entreprise présente des indicateurs de risque (facteurs de risque) ou des caractéristiques qui pourraient conduire à la disparition de votre entreprise.

 

A la fin de toutes les entreprises, c’est essentiellement la personne qui dirige l’entreprise qui décidera si elle vit ou meurt. Et, si elle meurt, alors qu’elle n’aurait pas dû, cela signifie que vous, le propriétaire de l’entreprise, avez commis un suicide commercial inutilement. Alors, est-ce que vous ou votre entreprise risquez un suicide commercial ?

Regardons ces facteurs de risque à travers les acronymes S.A.D :

 

S – Orientation stratégique

 

Votre entreprise est-elle sur la bonne voie, une voie qui utilise les actifs et les ressources de l’entreprise (du capital aux personnes) de la meilleure façon possible ?

Pouvez-vous, ou quelqu’un d’autre, prendre ce même ensemble d’actifs et le déployer d’une meilleure manière pour en tirer plus de revenus/de rendement ?

 

De nos jours, beaucoup trop d’entreprises échouent ou ne sortent même pas de la porte de départ parce qu’elles ne planifient pas correctement ou ne parviennent pas à changer de direction avec leur entreprise lorsque les conditions du marché ou l’évolution des préférences des clients l’exigent.

 

Planifier signifie comprendre les besoins de vos clients et fournir un produit ou un service répondant à ces besoins tout en utilisant le moins d’actifs possible – les ressources sont rares après tout et vous ne voulez pas trop disperser les vôtres sur un segment ou une ligne de produits.

 

J’ai vu des entreprises qui ont disons 50% de demande et pourtant elles dépensent inutilement sur une capacité de 100%. Ce n’est que du gaspillage. Et, le gaspillage tuera votre entreprise.

 

A – Comptabilité

 

Gérez-vous correctement la trésorerie de votre entreprise afin qu’elle ait les moyens de résister à une période creuse ou à une future récession ?

Votre entreprise dispose-t-elle du fonds de roulement nécessaire pour répondre à la demande future des clients ?

Votre entreprise dépense-t-elle l’argent liquide plus rapidement qu’elle ne l’encaisse ?

 

De trop nombreuses entreprises échouent en se développant de façon ruineuse. Elles ont les clients mais, à cause d’une mauvaise gestion ou d’un mauvais recouvrement, elles n’ont pas l’argent (fonds de roulement disponible) pour servir ces clients.

 

Si votre entreprise ne peut pas répondre aux besoins des clients, votre concurrent le fera.

 

D – Discipline

 

Est-ce que vous, le propriétaire de l’entreprise, faites les bonnes choses chaque jour ?

Les éléments quotidiens devraient inclure des choses comme le marketing (marketing quotidien) ou l’écoute réelle des clients pour anticiper leurs besoins et leurs désirs.

Ou, est-ce que vous retirez des actifs nécessaires à l’entreprise, comme le fait de percevoir un salaire trop important, de prendre l’argent nécessaire à une entreprise en manque de liquidités ?

Sachez qu’il y aura un moment pour piller votre propre entreprise, mais, si elle est en croissance et que vos plans sont de la faire croître, ce n’est pas ce moment.

De trop nombreux propriétaires d’entreprise se complaisent et leur entreprise s’érode au fil du temps. Ou bien, ils pensent que leur entreprise devrait leur verser un énorme salaire dès le premier jour. Même si ce serait bien, ce n’est pas la réalité.

 

Ce sont des indicateurs d’entreprises ou de propriétaires d’entreprises qui risquent de se faire avoir.