Comment faire fonctionner les flux de travail ?

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

 

 

Les sociétés de gestion d’investissement sont aujourd’hui submergées par un flot de données, et la complexité et les volumes de données ne feront probablement qu’augmenter à mesure que les données deviendront la principale  » monnaie  » soutenant les activités commerciales critiques. 

C’est pourquoi une solide stratégie de gestion des données d’entreprise (GDE) pourrait de plus en plus être une source d’avantage concurrentiel dans le secteur des investissements. Mais la GED n’est aussi bonne que les flux de travail intégrés qui aident à connecter le paysage de données de bout en bout au sein de l’entreprise.

Les  flux de travail de GED sont des étapes de processus connectées qui peuvent être simples ou complexes, manuelles ou automatisées. J’ai constaté que la connaissance tribale des ensembles de données, le manque de communication, l’inefficacité des processus et le mauvais suivi des exceptions peuvent souvent nuire aux flux de travail impliquant des personnes (par rapport aux machines). 

Les cabinets pourraient s’attaquer à ces pièges courants avec une approche structurée basée sur plusieurs principes fondamentaux de la conception et du développement.

 

Débuter par le besoin métier

 

Les véritables besoins de l’entreprise et non la perception par l’informatique des besoins de l’entreprise et des processus de travail devraient informer la conception des flux de travail, quelle que soit leur portée ou leur complexité. 

Les entreprises devraient commencer tout processus de conception en posant cette question fondamentale : « Quel est le résultat commercial recherché ? » S’il peut être tentant de demander aux gens, pendant la phase de découverte, ce qu’ils aimeraient faire, il est beaucoup plus productif de s’interroger sur les problèmes métier qui doivent être résolus. À partir de là, l’équipe peut examiner de manière approfondie et objective les problèmes de conception, en explorant comment et pourquoi les choses sont faites d’une certaine manière aujourd’hui et en identifiant les améliorations opérationnelles hautement prioritaires pour l’avenir.

 

Utiliser la scénarisation pour piloter la conception

 

La règle d’or du développement de flux de travail est d’impliquer les utilisateurs finaux dès le début de la phase de développement. Après tout, ils sont en fin de compte le juge et le jury de la convivialité et de la valeur des résultats d’un flux de travail. 

La scénarisation qui utilise des panneaux visuels illustrant et décrivant le flux de travail est une technique efficace pour faire participer les utilisateurs finaux à cette phase critique. Il peut aider à déterminer ce que les utilisateurs doivent voir, à clarifier les actions qui peuvent être exécutées, à confirmer les validations nécessaires et à déterminer où, quand et pourquoi certaines actions sont déclenchées dans le flux de travail. La perspicacité de ce développement axé sur l’utilisateur final est inestimable pour créer des flux de travail qui répondent aux besoins de l’entreprise.

 

Développer en gardant à l’esprit le bord

 

Les entreprises qui considèrent les flux de travail comme des processus vivants qui sont continuellement revus et optimisés, plutôt que comme des absolus figés, ont un avantage certain. En réalité, les exigences et les données sous-jacentes évoluent au fil du temps, probablement encore plus vite que par le passé. L’adoption d’une approche modulaire qui divise les flux de travail importants et complexes en unités plus petites et discrètes pourrait faciliter les modifications futures des flux de travail. Les flux de travail devraient également être conçus avec des activités de surveillance, de correction et des mesures de performance comme priorités absolues afin que les problèmes puissent être identifiés et traités rapidement.

 

Tester toujours

 

Les tests sont une autre pièce de la création de flux de travail avec une facilité d’utilisation et une valeur. Il est impératif que les cabinets élaborent un plan de test complet pendant les phases de conception et de développement. Je recommande aussi vivement aux cabinets de maintenir une « séparation des pouvoirs » dans ce domaine. Cela signifie que l’équipe de test est totalement indépendante de l’équipe de développement afin de garantir le niveau approprié d’objectivité, de rigueur et, si nécessaire, un état d’esprit d' »avocat du diable ». 

Dans le cadre d’une approche business-first, les tests doivent se concentrer sur les exigences métier, et non sur les spécifications techniques.

 

Complexité à l’horizon

 

Je m’attends à ce que les flux de travail gagnent en complexité. À mesure qu’ils le feront, je pense que rester fidèle à ces principes fondamentaux sera de plus en plus important pour les sociétés de gestion d’actifs. 

Qui plus est, attendez-vous à ce que les solutions de GED les plus efficaces soient celles qui intègrent étroitement la gestion des flux de travail à la gestion des données sous-jacentes afin de répondre aux besoins évolutifs des entreprises en matière de GED.