Search
Close this search box.

Trois règles simples pour un référencement responsable

Facebook
Twitter
LinkedIn

 

 

Règle 1 : inclure des citations pertinentes

Tout écrit savant nécessite une démonstration de la pertinence des questions posées, un affichage des méthodes utilisées, une justification de l’utilisation des matériaux. Tous ces éléments sont réalisés, du moins en grande partie, en incluant des citations de travaux antérieurs pertinents. L’omission de telles références peut suggérer à tort que votre propre publication est à l’origine d’une idée, d’une question, d’une méthode ou d’une critique, ce qui revient à se les approprier de manière illégitime. Les citations permettent d’identifier d’où viennent les idées et la consultation des travaux cités permet aux lecteurs de votre texte de les étudier de plus près, ainsi que d’évaluer si l’utilisation que vous en faites est appropriée. Une seule exception existe lorsque des faits, des résultats ou des méthodes font désormais partie du canon scientifique ou savant. Il n’est pas nécessaire d’inclure une citation sur l’affirmation que l’ADN est construit à partir de quatre bases, ni de citer Kjell Kleppe ou Kary Mullis chaque fois que vous utilisez la PCR (moi non plus en ce moment). 

 

Règle 2 : lire les publications que vous citez

La citation n’est pas une tâche administrative. Tout d’abord, un même article peut être cité pour de multiples raisons, allant des données rapportées aux méthodes et peut être cité aussi bien positivement que négativement dans la littérature. La seule façon d’identifier si son contenu est pertinent pour soutenir votre affirmation est de le lire en entier. Deuxièmement, la collection de citations incluses pour soutenir votre travail et votre argument est l’un des éléments dont votre travail tire sa crédibilité. Il en va de même pour les citations que vous incluez pour critiquer, contester ou réfuter. Par conséquent, une chaîne n’est aussi solide que son maillon le plus faible. La qualité de la publication à laquelle vous faites confiance et à laquelle vous conférez de l’autorité codétermine la qualité et la crédibilité de votre travail. Les taux de citation, en particulier au niveau des revues, ne correspondent pas bien à la qualité de la recherche et ils confondent les citations positives et négatives, sans distinguer l’autorité conférée de l’autorité contestée. Pour citer de manière significative et crédible, il faut consulter le contenu d’une publication plutôt que de savoir si d’autres l’ont citée, comme critère de citation.

 

Règle 3 : citer en fonction du contenu

Si, à une certaine phase de la recherche, vous avez décidé qu’une étude spécifique mérite d’être citée, la question de savoir spécifiquement comment et où la citer mérite une considération explicite. La simple inclusion ne suffit pas. Les sources méritent d’être créditées pour la contribution exacte qu’elles offrent et non pour leur contribution en général. Cela peut signifier que vous devez citer une seule source plusieurs fois tout au long de votre propre argumentation, en incluant des explications ou des indications sur les raisons de cette citation. Une façon spécifique d’enfreindre la règle 3 prend la forme de ce qu’on appelle la  » citation troyenne « . La citation troyenne survient lorsqu’une publication rapportant des résultats similaires aux vôtres est citée dans le contexte d’une discussion sur une question mineure, ignorant (parfois délibérément) son argument ou sa contribution clé. En se concentrant sur un détail insignifiant, la citation troyenne masque la véritable importance du travail cité. Par conséquent, elle cache que votre travail n’est pas aussi nouveau qu’il n’y paraît. En tant que pratique de citation discutable, la citation de Troie peut être utilisée pour satisfaire les demandes des réviseurs ou des éditeurs d’inclure une référence à un article pertinent. Alternativement, une citation de Troie peut émerger à votre insu lorsque vous ignorez le contenu d’une publication citée (ne pas adhérer à la règle 2 crée un risque très important de ne pas pouvoir suivre la règle 3) ou des différends existent dans la communauté scientifique ou entre les auteurs sur la contribution et/ou la qualité d’une publication scientifique.